Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Oui, je l’aime !!

Coucou les Choupettes,

 

Aujourd’hui, je m’attaque à un thème de grande envergure : le français ! J’aime ma langue maternelle et j’aimerais juste faire ma maîtresse 2 secondes.

 

Les fautes d’orthographe me hérissent le poil ! Je sais que nous n’avons pas la chance de parler (et surtout écrire) la langue la plus facile du monde mais c’est la nôtre alors ce serait bien que nous la respections.

 

Voilà une petite liste (non exhaustive of course) de tous les petits points de grammaire  / conjugaison ou de vocabulaire qui, lorsqu’ils sont mal employés me donnent envie de faire un cours de français.

 

La différence entre ça et sa. Genre le “salut sa va ….” me donne envie de hurler. C’est fini le langage sms là ohhh ! Réveille toi mon petit. C’est vrai que dans mon entourage je ne le vois plus beaucoup. Mais il fut une époque où il était partout !
Donc ça est un pronom démonstratif et il est la contraction de cela. Alors que sa est un déterminant possessif.

 

Quand et quant. Quand on doute sur quel “quand” doit être employé, il faut le remplacer dans la phrase par “lorsque” (ou par “à quel moment”, “le moment où” … ). Si ça fonctionne, il faut utiliser quand.  Quant, quant à lui, signifie “en ce qui concerne ».
Ex : Quand pensez vous rentrer ? (=> A quel moment pensez vous rentrer ? )
Quant à toi, je te conseille d’aller lui parler (=> En ce qui te concerne … )

 

L’impératif. Alors là, s’il vous plaît, apprenez ceci une bonne fois pour toute : pour les verbes du premier groupe (on le rappelle, c’est peut être loin pour certains, ce sont les verbes terminant en ER), la terminaison se fait soit par un E, soit par un S, jamais les deux.

Ex : n’hésite pas (et non pas n’hésites pas grrrrrrrrrrr), donne moi le pain, Mange ta soupe …

Cependant, notre beau français de France n’aurait aucun sens s’il n’y avait pas d’exceptions.

À l’impératif, le verbe ne prend un « s » que dans “vas-y “ ou alors “manges-en” …

 

Autre chose tant qu’on est dans la conjugaison :
la différence entre le futur et le conditionnel.

Le futur sert à parler d’un événement à venir. On rajoute à l’infinitif du verbe les terminaisons ai, as, a, ons, ez, ont.

Le conditionnel, quant à lui sert à exprimer un souhait, un désir, un regret, à marquer la politesse, donner un conseil ou faire une supposition.  On ajoute à l’infitif du verbe les terminaisons de l’imparfait : ais, ais, ait, ions, iez, aient.

Et comment peut on savoir si l’on met un S à la fin de la 1ère personne du sing ? Tout simplement en passant sa phrase à la 2ème personne du singulier.

Ex : Ma phrase est “Je t’aiderai à ranger la maison” -> Dit-on : tu m’aideras ou tu m’aiderais ? Tu m’aideras. C’est donc un futur. Il n’y a donc pas de S à “je t’aiderai à ranger la maison”.

 

Encore une autre : l’accord du participe passé lorsqu’il y a l’auxiliaire avoir. Il faut juste se souvenir que le participe passé s’accorde avec le COD si celui-ci est placé avant l’auxiliaire.

Ex : J’ai mangé les pommes. Je les ai mangées => J’ai mangé quoi ? Les (pour les pommes). Les est donc le COD qui est placé avant l’auxiliaire donc mangées EES.

 

Ce qui peut avoir le don de m’énerver aussi, ce sont ceux qui, non contents d’avoir un français déjà assez compliqué avec son lot de règles et d’exceptions, qui nous inventent un nouveau français et nous refont la conjugaison : Ils croivent que c’est nous ! Il faut qu’ils soyent heureux !! Il faut que je voiye avec lui !!

Non mais ohhh les gars quoi ! Allez vous acheter un Bescherelle là !

 

Autre cas un peu technique : l’élision avec les H. Reprenez la 3ème ligne de cet article.

“Me hérisse le poil” : Naturellement, j’avais fait l’élision en écrivant “m’hérisse”. Et puis, j’ai fait des recherches. L’élision est le fait de remplacer la dernière lettre d’un mot par une apostrophe lorsqu’il est placé devant une voyelle ou un H muet.

Le H est aspiré quand l’article qui précède peut être le ou la (ex : le héros, la hauteur). On ne fait pas la liaison au pluriel et on ne peut pas faire d’élision non plus.Le H est muet quand c’est tout l’inverse.

Dans notre cas ici présent, “hérisser” a un H aspiré (c’est wiki qui me l’a dit, je ne l’aurais jamais compris seule), de ce fait, pas d’élision (et pourtant, je suis sûre que ça vous a fait bizarre quand vous l’avez lu ! )

 

Autre chose qui me fait bondir : Malgré que ….

On peut  écrire “malgré la pluie”  mais pas “malgré qu’il pleuve”. Dans ce cas, il faut plutôt écrire “bien qu’il pleuve”.

 

Une autre horreur pour moi : “Le sac à maman”. Là, clairement, je peux m’énerver sévère ! Est ce que tu dis “un poil à cul” ou “une crotte à nez” ? NOooooooooOOOOn ! Donc pour le sac, c’est pareil, c’est le sac DE maman !

Voici la règle :

Les compléments d’appartenance sont introduits par de ou par à selon la nature du complément. { Ok, là, on est d’accord !! }

Quand le complément est un nom ou un pronom, autre qu’un pronom personnel, la préposition est de. Donc nous dirons “les affaires DE Madeleine”, “le beau frère DE sa soeur” ….

Quand le complément est un pronom personnel, on emploie à. Par exemple “C’est son habitude à elle” …

La règle, comme vous le voyez est super simple … Alors utilisez là !

 

Autant pour moi : Cette expression, qui signifie simplement « Je me suis trompé », est issue du langage militaire. La forme « Au temps » est celle acceptée par l’Académie française. Cela vient du fait que dans une séquence d’ordres, comme à la parade (Garde à vous ! Portez armes ! Présentez arme s! etc.), si on se trompe d’ordre, on revient « au temps précédent » et on assume son erreur. Donc il faudrait l’écrire Au temps pour moi ! Et toc !

 

Genre des mots : Certaines personnes ont changé, comme ça, le genre des mots. On dit un horaire et non une horaire : Horaire est masculin.
On dit un élastique (si, j’ai entendu une élastique dans la bouche de ma prof de fitness). On dit un trombone (une ancienne amie de BTS).

 

Niveau vocabulaire, nous avons :

Dilemme. Oui, il s’agit bien de deux M !!! Quelle idée saugrenue de vouloir écrire MN !!

Evénement prend deux accents aigus malgré la prononciation du deuxième “é” !

 

Ceci étant dit, enfin écrit surtout, il ne faut pas oublier que l’étourderie ça arrive à tout le monde. Il y a forcément des fautes dans mes articles : fautes de frappe, fautes d’inattention. Ca arrive.

 

J’aimerais terminer en légèreté avec les expressions détournées, parfois sans queue ni tête entendue dans les télés réalités (heureusement que je n’ai pas la télé) ou … pour certains qui ont eu moins de chance par leur dirigeant. Petit Florilège :

 

“On va lui refiler le bébé sur le dos” // “Malgré que personne n’y croit, il travaille dans la branche construction que Mr Machin s’occupe” // “J’ai été ému même si je ne l’ai pas montré vis à vis de mes yeux” // “On a fait une erreur de notre faute” // “Je cours après 2 lièvres” …

Allez, terminons avec un peu d’humour si vous le voulez bien !

Gros bisous à toutes !

  • Guides gratuits
  • Commentaires

    Laisser un commentaire