Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Pénardo mon petit Renardo !!

Pendant toute notre vie de maman, on voit notre / nos enfants franchir des étapes. Certaines sont plus intenses que d’autres mais à chaque fois, on accompagne nos têtes blondes du mieux qu’on peut.

 

J’avais peur. J’angoissais à l’idée de mettre le Petit Prince à l’école (c’est ici si tu ne te souviens pas / n’étais pas / n’as pas suivi {veuillez rayer les mentions inutiles 😀 } )

 

Le Petit Prince est un petit garçon plein d’émotions, très câlins, très bisous (Oui, il est aussi plein d’énergie. Il a besoin de sauter, courir, faire des bêtises mais ce n’est pas la question ici). Il a aussi son petit caractère mais j’avais peur qu’il se sente perdu. Ecole, cantine, école, TAP, périscolaire. 9h -> 17h30, ce sont de grosses journées pour un petit garçon qui n’a pas encore 3 ans.

 

Ce qui me fascine avec le Petit Prince, c’est qu’il passe les étapes en douceur. A part les dents qui l’ont vraiment fait souffrir, tout semble être une formalité pour lui. Quand j’ai arrêté le lait maternel, il a pris le premier lait en poudre que nous lui avons proposé. Quand on a commencé les purées, il mangeait sans ronchonner. Et puis il y a eu la micro crèche, la première nounou puis l’autre nounou : no problemo pour le Petit Prince. Quand son petit frère est arrivé, il n’y a pas eu de crise de jalousie.

 

Le Petit Prince s’adapte. Mais comment allait il s’adapter à l’écôôôle ?

 

Ca faisait presque 2 mois que nous nous occupions de lui tous les jours. J’avais peur que la « rupture » soit compliquée.

 

Mardi matin, après avoir déposé son petit frère le Petit Chat, nous pris le temps de faire une petite séance photo dans le salon avant de partir. Arrivés à l’école sous la pluie, c’était l’effervescence dans sa classe. Mais le Petit Prince, à l’aise comme un poisson dans l’eau, n’en avait rien à faire de tout ça. Il s’est traaaaannnquillement (et j’insiste sur ce mot parce qu’il n’est pas comme ça à la maison) installé à une petite table et a traaaannnnquillement fait des puzzles. Et là, je n’ai pas compris : on en a 12 000 des puzzles à la maison. Mais JAMAIS, je dis bien JAMAIS il n’y joue seul. Il faut toujours être avec lui, à côté de lui … Là, non. Son papa et moi sommes devenus quasi inexistants du moment où nous avons franchi le pas de la porte.

 

Quand ce fût notre tour, nous nous sommes présentés à la maîtresse. Dès le premier instant elle a plu à Mr Papa et moi. Assez jeune, souriante, agréable, dynamique. Coup de foudre parental ! Le Petit Prince ne s’est pas gêné pour lui faire un bisou d’ailleurs (quel dragueur celui là !).

 

 

Après avoir échangé quelques banalités, nous nous sommes présentés à l’ATSEM et nous avons donné un peu le planning du Petit Prince : cantine tous les jours sauf le mercredi pour le moment, périscolaire et j’en passe. Nous avons émis la requête qu’il n’ait pas le verre de lait le matin mais plutôt de l’eau ce qui semble avoir été entendu.

 

Nous avons observé le Petit Prince jouer, se déplacer dans la salle, changer de jeu et ce, sans se soucier de son papa et moi. Du coup, très rapidement, on s’est dit qu’il fallait qu’on s’en aille.

 

On est allés prévenir le Petit Prince : “Avec papa, on s’en va”, “Oui”, “On viendra te chercher pour manger”, “Nooooon” … Heu ben si en fait.

 

C’est le coeur super léger que je l’ai laissé dans sa salle. En retournant à la voiture, nous avons pu l’observer par la fenêtre. Il était au milieu de parents et d’enfants et semblait très sage.

 

A l’heure dite, nous sommes allés le récupérer. Les parents étaient agglutinés dans le petit couloir menant à la salle pendant que tous les enfants étaient assis sur des bancs … Enfin, presque tous… Le Petit Prince a voulu s’adosser au banc … qui n’avait pas de dossier. Et une chute pour notre Pierre Richard. Après cette épisode qui nous a bien fait marrer #parentsindignes, nous avons pu récupérer notre blondinet qui s’est mis à pleurer alors qu’on se dirigeait vers la sortie. “Ecôôôôle” qu’il nous répétait. Je l’ai alors rassuré “Mais ne t’inquiète pas mon Petit Prince, tu viens d’en prendre pour 20 ans !!”

 

Le lendemain, tout s’est très bien passé visiblement. Le Petit Prince ne parlant pas encore très bien, j’ai cru comprendre qu’ils avaient chanté mais c’est tout ce que j’ai réussi à savoir …

 

Là où ça a été folklo c’est jeudi soir. Je suis allée le chercher au Périscolaire. Je trouve la salle en question (qui n’est pas dans l’école même). Je mets un temps fou à trouver mon blondinet portant son manteau à l’envers. Mais là, je découvre qu’il n’a pas son pull sous son manteau … Il ne fait pourtant pas bien chaud. Je lui demande où est son sac et il va le chercher de suite. Mais dans le sac, horreur : ni pull ni doudou. Aucune des femmes présentes ne sait où ils sont. L’une d’elle me soutient qu’ils n’ont pas enlevé les pulls aux enfants et que ce dernier doit être à l’école. Chouette, un pull tout neuf (heureusement que le matin même j’y avais mis son nom au feutre …). Ca ne résolvait pas le problème du doudou. Je pouvais encore rentrer à la maison sans le pull mais pas sans le doudou. La même femme me dit que lorsqu’ils sont venus, il suçait son pouce. Sauf que chez le Petit Prince, c’est un combo pouce / doudou. Il n’y a jamais de pouce s’il n’y a pas de doudou. Ne trouvant pas doudou, je me décide d’aller à l’école, mon fils (très fatigué) dans les bras. A l’école, fermée à clefs, une femme de ménage m’ouvre. Clairement, je comprends très vite que s’il n’y avait eu que le pull, ça aurait attendu le matin. On se dirige vers sa classe. Sa maîtresse est encore là. Doudou n’est pas dans son petit lit. Eclair de génie de la maîtresse : “Doudou est avec bébé”.

 

C’est alors soulagée que nous rentrons à la maison avec le pull (qui l’attendait vers son nom au porte manteaux) et le doudou.

 

Pour terminer cette première petite semaine d’école, le Petit Prince s’est mis à pleurer vendredi matin. Etant en formation, c’est son papa qui a du gérer. Malheureusement, il n’a pas réussi à le calmer, le rassurer. C’est la maîtresse qui s’en est chargé. Ce matin là, plusieurs enfants pleuraient. Et puis, il manquait de sommeil, c’était évident qu’il craque un peu.

 

Je suis en tout cas très fière de lui. C’est un grand bonhomme du haut de ses 2 ans ¾ ! C’est un grand bonhomme propre, sans accident pour le moment, un grand bonhomme souriant et câlin qui a fait son entrée en Petit Section comme jamais je ne l’aurais imaginé. Il est fort mon fils N°1…. Attention, parce que fils N°2 n’est pas loin derrière et je suis curieuse de savoir ce qu’il nous réserve.

 

Comme toutes les mamans, j’ai fait une petite photo de son sac grave trop stylé. Mais comme je ne mets pas de photos de mes enfants, en voilà un dérivé …

 

Peinardo mon petit renardo, ta maman t’aime à la folie.

Si vous vous demandez d’où vient l’expression officielle “Pénardo comme un renardo”, je vous conseille de regarder le film Libre et Assoupi avec Baptiste Lecaplain !!!

 

 

  • Guides gratuits
  • Commentaires

    1 commentaire

    Priscilla

    Chez nous rentrée au top aussi ! Il faut qu’il était tellement pressé d’y aller ! Propre depuis mi-juillet seulement et l’arrivée de sa soeur fin juillet j’avais un peu peur de la regression mais même pas !. Premier jour un petit accident pipi Mr a mal gérer le toilette ^^ donc bon tout va bien. 1er jour la maîtresse me dir « il est vraiment adorable » j’avais l’impression d’entendre sa nounou qui me l’a pendant 2 ans et demi ^^. Pas de pleurs espérons que cela dure !


    Laisser un commentaire