Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Une histoire de Grands Parents

Coucou les Choupettes,

 

Ca faisait des mois que j’avais commencé cet article. Je ne savais pas trop comment le tourner. Alors j’y vais aujourd’hui au petit bonheur la chance. J’ai supprimé des pans entiers mais j’espère que mon idée, mon sentiment ne sera pas mal interprété …

 

J’ai trouvé que la notion de Grands Parents est une notion qui a parfaitement sa place au sein de ce site.

 

En devenant parents, nos propres parents ont eux aussi passé un grade. Pour certains, c’était la première fois, pour d’autres non.

 

Monsieur Papa et moi sommes proches de nos parents respectifs. En ce qui me concerne, même si j’habite dans la même région que mes parents je ne les vois pas “souvent”. Nos vies respectives font que les week end passés ensemble ne sont pas toujours mensuels.

 

Les parents de Monsieur Papa vivent un peu plus loin de chez nous mais ils restent proches géographiquement parlant.

 

Ces quatre “nouveaux” grands parents sont encore extrêmement jeunes et dynamiques.

 

Avant de parler des ces parents devenus (ou redevenus dans le cas des parents de Monsieur Papa) grands parents, j’avais envie de vous parler brièvement des miens.

 

 

J’ai la chance d’avoir mes 4 grands parents encore présents. J’ai 30 ans et mes 4 grands parents. A chaque fois que je dis cette phrase, je mesure la chance que j’ai, et celle que j’ai eu, petite. Je me souviens très bien, petite / ado, des moments que je passais chez eux.

 

Du côté maternel, mes grands parents nous laissaient jouer un peu seuls. Ils n’étaient jamais loin mais mon frère et moi nous inventions nos jeux dans leur grand jardin. Mamie nous apprenait à siffler avec des coques de glands. Papy faisait lui même un lance pierre pour mon frère en lui disant “Tiens, c’est pour viser les carreaux de ta mère”. Du plus loin que je me souvienne, nous jouions seuls : jardin, sur le minitel (mais ouhaiiiiii) dans le bureau de ma mamie, dans notre grande chambre. On regardait des photos. Ces grands parents là aimaient nous raconter le passé. Ils aimaient nous amener, nous sortir : un plan d’eau pour pêcher (enfin, je devais passer plus de temps à tout emmêler qu’autre chose), un autre pour nous baigner …  Notre sortie c’était le Flunch aussi. On faisait des balades dans la campagne avoisinante. Avec eux, nous étions aussi allés à Pompadour voir des chevaux. Nous prenions des cours d’équitation pas loin de chez eux. Je me souviens même d’une fois où le moniteur m’a dit pendant que je devais caresser un poney ou quoi “Va vite, ta maman t’attend” … Heuuuuuu … Ben en fait …

 

Du côté paternel, nous faisions aussi plein de trucs surtout avec mamie. On allait faire du vélo sur une piste de karting. Nous allions au cinéma. Bien qu’elle ne sache à l’époque pas nager, elle nous amenait à la piscine avec une copine à elle. Elle nous laissait regarder le film du soir. Et puis, nous allions à l’atelier de mon papy qui était tapissier. Je cousais pendant que mon frère plantait des clous dans un petit tabouret en bois. Enfant, j’aimais bien ces vacances là. Et puis, j’ai grandi, on a grandi …

 

C’est vrai que je suis consciente de la chance que j’ai. Monsieur Papa n’a quasi pas connu ses grands parents. Et c’est vrai que je suis fière des souvenirs que j’ai avec mes grands parents, de savoir qui ils sont.

Aujourd’hui, nous sommes 4 générations dans ma famille. Ce qui n’était pas franchement le cas rien qu’à l’époque de mes parents. C’est une chance.

 

Aujourd’hui, les grands parents ne sont plus vraiment ceux qu’ils pouvaient être il y a quelques années de cela. Quand je regarde mes parents, la définition est un peu différente.

 

Les grands parents sont encore jeunes et actifs. Ils s’occupent / sont occupés par leurs enfants, leurs propres parents et s’ajoutent les petits enfants. Le tout, sans être encore à la retraite !

 

On n’est pas forcément vieux quand on est grands parents ! Au contraire. Et c’est une chance pour nos enfants.

 

Aujourd’hui, quand on regarde les chiffres, on constate qu’un enfant sur 10 est gardé par ses grands parents de manière régulière (toutes les semaines j’entends). J’ai envie de dire “qu’un” enfant sur 10.

 

Et là, je vais rentrer dans le “vif” du sujet. Les Mamies. Comment nous, jeunes mamans, acceptons de donner une place aux mamies.

 

Huum Huum raclement de gorge. Sujet délicat en ce qui me concerne.

 

Il y a peu, lorsque je vous parlais de mon frère, je vous parlais d’une notion qui m’est chère : l’équité. Je ne me suis jamais vu privilégier un couple de grands parents au détriment d’un autre. Je ne pense pas, en tout objectivité, que mes parents plus proches géographiquement parlant voient plus le Petit Prince que mes beaux parents.
De plus, il y a quelque chose au fond de moi que j’avais du mal à mettre en mots. Maman et Belle Maman ont fait leur taff. A moi de faire le mien. Et j’ai eu beaucoup de mal à me dire qu’une grand mère puisse voir et s’occuper de mon fils bien plus que moi {à cause de mon travail s’entend }, et je dis ça objectivement : ça marche pour les deux mamies. Si on analyse ce que je suis en train d’écrire, ça veut dire que je préfère que ce soit une tierce personne qui s’occupe du Petit Prince la journée lorsque Monsieur Papa et moi travaillons ? Oui.

 

De plus, je refuse tout conflit d’allégeance entre nous. Une mamie qui s’occupe d’un petit enfant entraîne selon moi une certaine forme de dette vis à vis des enfants. En effet, une mamie ne se fait pas payer en s’occupant de ses petits enfants. C’est vrai que ça arrange bien dans certaines situations. Je le comprends parfaitement. Parfois, les jobs des parents sont tellement problématiques niveau jours travaillés / horaires de travail que trouver un système de garde n’est pas du tout évident, je le sais, j’ai l’exemple dans ma famille. Mais une fois encore, ne me faites surtout pas dire ce que je n’ai pas dit : je ne crache pas sur les couples qui le font. Je parle pour moi et rien que pour moi.

 

Ensuite, il y a un argument contre lequel je ne peux pas lutter à ce jour : Je refuse toute tension entre les mamies et moi. Je suis la maman. Je souhaite le rester. Et j’ai peur que les rôles puissent s’inverser dans une situation de garde récurrente.

 

Au delà de ça, je commence à comprendre, que même si les grands parents d’aujourd’hui sont encore méga actifs, il est possible qu’ils aient un temps à disposition de leurs petits enfants peut être un peu plus important que celui qu’ils avaient lorsqu’ils s’occupaient de nous. S’occuper d’eux, c’est une chose. Les éduquer en est une autre.

 

 

Je ne souhaite pas que les grands parents du Petit Prince aient un rôle d’éducation. Mon papa a décidé que le Petit Prince n’avait pas à toucher aux télécommandes chez lui : il est chez lui, il peut décider de ce qu’il souhaite. Nonna (ma maman) ne souhaite pas que le Petit Prince touche aux condiments dans le placard : elle est chez elle, elle a parfaitement le droit de faire respecter cela. Par contre, je ne souhaite pas que ce soit mes parents qui éduquent mon fils (et idem du côté de mes beaux parents). J’ai mon travail à faire. Ils peuvent parfaitement me donner leurs points de vue s’il est bien amené et constructif (faîtes gaff, je suis susceptible lol) mais je veux que nous restions maître avec Monsieur Papa de décider ce que nous jugeons bon ou non !

 

Peut être qu’avec le temps je serai moins psycho rigide, que des barrières tomberont et qu’enfin, j’accepterai de laisser le Petit Prince un week end entier en garde. Ca fait pas quinze mois mais presque que ce thème devait être abordé ici. Ca fait quinze mois que je sais que j’ai un truc à travailler, à accepter moi aussi sûrement. Chacun a ses axes de progrès. Celui là est clairement le mien !

 

 

7489bb7f24cc086c92ecfd348478d6e8

 

 

 

PS : N’oubliez pas de participer au concours  si le coeur vous en dit !!!

  • Guides gratuits
  • Commentaires

    2 commentaires

    Emilie

    Donc au final tu n’a jamais laissé ton petit prince en we ? C’est que le moment n’est pas venu voilà tout.
    Le Lutin avait 17 mois lorsque nous l’avons laissé pour une nuit chez mes parents. Avant je ne le sentais pas donc je ne l’ai pas fait.

    Charlotte Aux Fraises

    J’ai laissé une fois le Petit Prince dans un contexte de « pas le choix ». Monsieur Papa m’avait organisé 3 jours surprises à Disney en sept. Mais connaissant mon appréhension sur cette histoire de garde, c’est ma maman qui est venue les 3 jours chez nous et qui l’amenait chez sa nounou le matin et le récupérait le soir.
    Mais ton message me rassure. Je me sens tellement différente de Monsieur Papa sur la question que je me demandais si mon attitude était normale.


    Laisser un commentaire